Observer les pensées – 3 astuces concrètes.

Created with Sketch.

SE RELIER AU TEMOIN SILENCIEUX

3 astuces concrètes pour observer les pensées en se reliant à l’observateur silencieux, témoin qui ne juge pas.

Méditer, c’est « être à ce qui est ». Accueillir, observer les pensées sans juger. Dans cet article, nous allons voir ensemble 3 astuces concrètes pour observer les pensées:

  1. Le « Il y a », qui reconnait la présence sans identification,
  2. Le « Merci », qui indique à la pensée que sa mission est terminée,
  3. Le Bug mental, susceptible de créer un espace libre de pensées.

I) Observer ses pensées avec le « Il y a »:

Lorsque vous prenez conscience de la présence d’une pensée – par exemple la colère -, au lieu de vous identifier à cette dernière en vous disant « Je suis en colère » ou « Je ressens de la colère », contentez-vous de constater la présence de en vous disant:

« Il y a présence de pensées liées à la colère ».

Le « Il y a » nous permet de « reconnaître la présence de » sans « nous identifier à » et sans juger. Lorsque nous l’utilisons, nous ne cherchons aucunement à nier ou à nous distancier de « ce qui est ». Au contraire, cet outil nous permet d’observer nos pensées en les accueillant à bras ouverts et avec équanimité.

II) Observer ses pensées en remerciant leur présence:

MERCI LES PENSEES

Lorsque vous prenez conscience de la présence d’une pensée, remerciez là car elle vous rappelle à l’exercice de l’observation.
Le « Merci » indique à la pensée que l’information qu’elle était venue nous transmettre a bien été reçue, que sa mission est accomplie et qu’elle peut donc – si cela lui convient – retourner à la vacuité.

III) Observer les pensées en créant un bug mental:

Nous pouvons créer un bug dans nos processus mentaux en posant à notre mental une question qui n’a pas de réponse comme par exemple:

  • D’où va venir la prochaine pensée?
  • Quelle sera la couleur de la prochaine pensée?
  • Quelle sera l’odeur de la prochaine pensée?
bug mental, image par stuarthampton, pixabay

Poser l’une de ces questions est susceptible de résulter en un état dit « libre de pensées« . L’espace d’un instant, nos processus mentaux sont suspendus.
Je vous invite à adopter vis-à-vis de cet état la même approche que pour tout autre phénomène qui se présente à vous: accueil, bienveillance et lâcher prise.

Ne cherchez pas à faire durer cet état, qui ne doit pas être perçu comme la finalité de la méditation.

IV) Remarques générales:

En méditation, rien ne doit être entrepris avec intensité.

Lorsque vous prenez conscience de la présence de pensées, avec bienveillance et curiosité, utilisez l’un des outils proposés en toute simplicité, pour « voir » ce que cela engendre.

Utilisez ces outils avec parcimonie, sans être trop attaché au résultat.

Restez en parfait accord avec tout ce qui se présente à vous.

accueillir les pensées - wemedit, image par MIH83 pixabay

Si la colère, la tristesse, le stress, la jalousie, les remémorations du passé ou les projections dans le futur se présentent à vous, accueillez-les avec bienveillance.
Laissez ces phénomènes rester en votre présence le temps qu’ils le souhaitent.

Si la joie, la paix et la félicité se présentent à vous, accueillez-les et laissez-les retourner à la vacuité lorsqu’elles le souhaitent.

Merci d’avoir lu cet article!

Ne manquez pas nos prochaines parutions!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *