Monde Intérieur / Monde extérieur

Created with Sketch.

monde intérieur extérieur

Existe-t-il vraiment un monde « extérieur » et un monde « intérieur » ?

Dans cet article, je vous propose que nous voyions ensemble :

  • 2 approches dont j’ai été témoin au yoga et au Qi Gong, ainsi que l’avis d’Albert Einstein sur la question,
  • Un exercice de visualisation créatrice.

I) Yoga, Qi Gong et Albert Einstein:

a) Monde intérieur et extérieur au Yoga:

yoga méditation monde intérieur extérieur

Nombreux sont les cours de yoga où une certaine approche de la méditation est abordée. Voici ce que j’ai entendu (légèrement caricaturé) lors d’une séance de « méditation » à un cours de yoga : « Oubliez le méchant monde extérieur avec toutes ses personnes négatives, toute son énergie polluante et très mauvaise. Fermez la porte qui vous isole bien de ce monde extérieur. Fermez-la à double tour et concentrez-vous sur VOTRE monde intérieur, source de paix, de calme et de sérénité. »

b) Monde intérieur et extérieur au Qi Gong:

Qi Gong monde intérieur

J’ai également eu le plaisir de participer à une initiation au Qi Gong. Je n’ai aucun doute sur les bienfaits de cette pratique mais à un moment de la séance, les participants ont été invités à expulser et renvoyer à la planète via la terre toutes leurs énergies « négatives ». Ce geste d’expulser le négatif a été accompli par la plupart des participants avec beaucoup de ferveur et une apparente sensation de soulagement et d’apaisement.

Pour ma part, j’étais doublement « horrifié »:

  1. Je ne suis pas d’avis qu’il existe quoique ce soit de « négatif » en ce monde.
  2. On nous invitait à percevoir la terre comme un immense réceptacle tout prêt à recevoir toute notre misère spirituelle. Je n’ai pu m’empêcher de penser à toutes ces décharges à ciel ouvert ou au continent de plastique… Comme si polluer l’environnement d’un point de vue matériel ne suffisait pas!

c) Yoga et Qi Gong, 2 poids 2 mesures:

Je trouve très amusant de mettre ces 2 vécus en parallèle… Lorsque l’on veut bien voir le monde extérieur comme « négatif », on se coupe de lui et on se barricade. En revanche, si on le perçoit comme une décharge à ciel ouvert, prêt à accueillir tous nos rebus, on se relie à lui très volontiers et avec toute notre ferveur… 2 poids 2 mesures !

d) Monde intérieur, monde extérieur et Albert Einstein:

Einstein sécurité intérieur

Un être humain est une partie de la totalité, que nous appelons ‘univers’, une partie limitée dans le temps et dans l’espace. Il fait l’expérience de lui-même, de ses pensées et de ses sentiments, comme de quelque chose de séparé du reste – une sorte d’illusion d’optique de sa conscience. Cette illusion est une sorte de prison pour nous, nous limitant à nos désirs personnels et à notre affection pour quelques personnes les plus proches de nous. Nôtre tâche doit être de nous libérer de cette prison en élargissant notre cercle de compassion pour embrasser toutes les créatures vivantes et la nature entière dans sa beauté. Personne n’est capable de réaliser cela complètement, mais tendre à cet accomplissement est en soi une part de la libération et le fondement d’une sécurité intérieure.

Albert Einstein

e) Ce qu’il faut retenir:

S’il y a des portes entre « monde extérieur » et « monde intérieur », alors il nous appartient de les ouvrir, certainement pas de les fermer ! Je vous invite donc vivement à percevoir et accueillir le « monde extérieur » comme ni plus ni moins qu’un reflet de vous-même. (voir aussi cet article sur la mécanique quantique).

illusion de séparation monde intérieur monde extérieur - wemedit

Tout ce qui renvoie à l’idée de séparation est illusoire et source:

  • de souffrance,
  • de conflit,
  • d’insécurité,
  • de compétition,
  • de sensation de manque.
union, harmonie, bien-être, wemedit

Tout ce qui renvoie à l’idée d’union est source d’harmonie, de bien-être et constitue le fondement d’une sécurité intérieure.

Ce n’est pas le monde tel qu’il est qui est source de souffrance, mais notre tendance à considérer les choses comme étant séparées de nous.

II) Mise en application:

Concrètement, comment intégrer cette sagesse à nos paroles, nos pensées et nos actes?

a) Harmonie au Yoga et au Qi Gong:

Inutile d’arrêter le Yoga ou le Qi Gong; ce sont deux merveilleuses pratiques qui contribuent de bien des façons à notre bien-être. Si à certains moments votre instructeur tient des propos semblables à ceux que j’ai rapportés ci-avant, vous pouvez par exemple:

  • Au Yoga: visualiser un « monde extérieur » tout aussi beau que votre « monde intérieur ». Percevoir la démarcation sous la forme d’un simple voile.
  • au Qi Gong, vous pouvez opter pour « prendre sur vous » toute la « négativité » évacuée à la terre. Envoyez à la terre tout votre amour et votre compassion. Faites lui savoir que si elle souhaite vous utiliser comme « réceptacle » pour quoique ce soit dont elle aurait envie de se débarrasser, elle est bienvenue.

Pas la peine non plus d’inviter votre instructeur à changer son approche (mais vous pouvez quand même lui proposer de parcourir ce blog haha).

b) Exercice de visualisation créatrice:

1) Version de base:

Permettez-moi également de partager avec vous une pratique, basée sur la visualisation, la respiration et la compassion. C’est une pratique que j’apprécie tout particulièrement et que j’aborde dans mon livre 10 habitudes des gens heureux.

Bien qu’il ne s’agisse pas d’un exercice de méditation à proprement parler, je vous invite à vous asseoir dans une des 5 postures propres à la méditation.

Maintenez une respiration calme, profonde, naturelle et non forcée.

Visualisez en vous, au niveau de votre plexus solaire une lumière vive, pure et inaltérable.

À chaque inspiration, visualisez des miasmes noirâtres tels du goudron qui pénètrent en vous. Ces miasmes symbolisent les souffrances de tous les êtres (y compris la vôtre). Ils n’altèrent en rien votre lumière, qui est votre nature profonde. Les souffrances sont illusoires car dues à nos perceptions erronées. Au contact de notre nature profonde, l’illusion (et donc les souffrances) prend fin. Vous n’avez donc rien à craindre ; les miasmes que vous « absorbez » ne sont qu’illusion.

Associez à vos expirations un souffle de pure lumière représentant l’Amour, la Bienveillance et la Compassion, souffle dirigé à l’attention de l’ensemble des êtres sensibles (vous compris !).

N’hésitez pas à pratiquer la respiration en 4 temps en marquant une pause entre vos expirations et vos inspirations. Profitez de cette pause pour laisser s’imprégner en vous vos visualisations.

2) Variantes:

Peut-être ne serez-vous pas, dans un premier temps, à l’aise avec une ou plusieurs parties de l’exercice. Si c’est le cas, simplifiez-le en vous contentant de visualiser la puissante lumière qui est en vous.

Lorsque vous vous sentirez à l’aise, voyez si vous parvenez à ajouter les visualisations associées à l’expiration et à l’inspiration.

Passer outre la visualisation est une possibilité.

Vous pouvez par exemple vous contenter de penser:

  • à l’inspiration : « J’inspire à moi les souffrances de tous les êtres »,
  • à l’expiration: « J’expire l’Amour, la Bienveillance et la Compassion à l’attention de tous les êtres ».

Encore plus simple ? Pensez simplement en boucle à l’expiration: « Puisse la souffrance de tous les êtres prendre fin ». En option, vous pouvez également ajouter: « et puissent-ils tous accéder au bonheur véritable ».

N’oubliez pas de vous inclure lorsque vous pensez à « tous les êtres ».

Retrouvez également dans mon livre une variante particulièrement bénéfique: la méditation sur la compassion!

L’univers compte sur vous 🙂 Harmonisez-vous!

N’hésitez pas à faire part en commentaire de cet article de vos ressentis vis-à-vis de cette pratique, ses bienfaits et / ou les éventuelles difficultés que vous rencontrez!

Merci d’avoir lu cet article!

Ne manquez pas nos prochaines parutions!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *